Fourrages et pâturages

Nous sommes tous à la merci de la météo lorsque vient le temps de récolter les fourrages et la qualité de la conservation et la valeur nutritive duproduit final en dépendent ! De plus, la qualité des aliments servis aux animaux influence leurs performances techniques. Fermenter ou ne pas fermenter ?
Dans la vie, il y a souvent moyen d’en avoir plus pour son argent. Pourquoi ne pas appliquer cette expression à l’obtention d’un meilleur rendement fourrager et économique de vos semis ? Quelles seraient les raisons d’utiliser Les semences fourragères ELITEMC et de les fertiliser adéquatement?
Il existe différentes options pour exploiter nos pâturages : paissance continue, en rotation ou en bandes. Un pâturage en continu signifie que les animaux sont dans la même parcelle sans qu’il y ait déplacement du bétail.
Propriétaire de la Ferme Chantalain, à Tring-Jonction, Simon-Pier Lévesque nous explique en cinq points comment il gère son troupeau de 100 vaches aux pâturages. Cette vidéo traite des bonnes pratiques, et particulièrement de :
En production bovine, les fourrages représentent souvent « la planche la plus courte » qui empêche l’eau de monter dans le baril! De façon plus concrète, la quantité de fourrages disponible est souvent le facteur qui limite le nombre de vaches et, du même coup, les revenus potentiels de l’entreprise.
La présence de neige dans le paysage rural du Québec nous rappelle que l’hiver n’est pas encore terminé et que le début des travaux au champ n’est pas sur le point de commencer. Pourtant, même si cette période semble bien loin, il faut déjà commencer à planifier les activités culturales à venir: choix des semences, des champs à chauler et de la fertilisation. Ce sont toutes des mesures prises pour assurer les meilleurs rendements possibles dans les prairies, mais qu’en est-il des pâturages ?
La mise au pâturage des animaux procure de nombreux éléments positifs, notamment la diminution des coûts d’alimentation du bétail, de récupération et d’épandage du fumier, du stockage des fourrages, de concentrés et de litière et la diminution de la charge de travail. La paissance d’automne permet de profiter de cette pratique avantageuse plus longtemps dans l’année.
L’analyse des fourrages permet de connaître leur valeur nutritive. Elle permet entre autres de déterminer le pourcentage de protéine, l’énergie nette de gain disponible ou la digestibilité des fourrages pour ajuster l’alimentation en arriver à de bons résultats.
Pour que des pacages luxuriants engendrent une belle récolte de veaux à l’automne et assurent un faible coût de production, il faut respecter les lois de la nature. Un environnement propice à la survie, à la croissance et au rendement, ainsi que le respect des périodes de repos permettront de veiller à la productivité de vos plantes.
Par souci de rentabilité, la composition des rations de bouvillons est fréquemment modifiée, ce qui entraîne aussi des changements d’apport en nutriments. Or, la quantité, la source et la composition de la protéine d’une ration ont un impact sur les performances animales. Et toutes les formes de supplémentation ne sont pas égales...